Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

3 conseils pour remonter le vent en wing foil

Le wingfoil, une discipline qui a gagné en popularité de manière significative depuis 2019, n’est plus à présenter. Cette évolution rapide témoigne de l’engouement croissant pour le wingfoil et de son impact notable sur le monde des sports nautiques. Savoir comment remonter au vent en wing foil est l’un des critères le plus important de l’autonomie. C’est le passage obligé pour devenir autonome dans votre pratique. Nous allons donc ensemble aborder les étapes et les pré-requis essentiels pour vous permettre de remonter au vent. Suivez nos conseils pour remonter au vent  si vous voulez progresser rapidement en wingfoil. Vous gagnerez en sécurité et en autonomie.

Comprendre les bases du wingfoil et de la remontée au vent :

À la voile, aucune embarcation n’est capable de remonter face au vent ; pourtant, celui-ci nous pousse continuellement dans son sens. Pour pallier à cela, nos prédécesseurs ont trouvé le moyen de remonter au vent. Le principe est assez simple : on vient “grappiller du terrain” au fur et à mesure que l’on enchaîne les bords, petit à petit. On fait du zig zag face au vent. C’est comme en montagne, c’est dur de monter une montagne en ligne droite, il faut “zig zaguer”. Remonter au vent permet de se déplacer partout sur le plan d’eau et d’être autonome totalement sur le spot.

conseils pour remonter au vent en wingfoil

1. Le près :

À la voile, on nomme nos directions des allures, le près est l’une d’entre elles. C’est l’allure qui nous permettra de remonter au vent ; elle se situe entre la traversée et le bout au vent. Elle trouve donc pour limite la perpendiculaire au vent d’un côté et l’arrêt de l’embarcation de l’autre côté ( qui est matérialisé par la zone rouge dans le tableau ci dessous.)

2. La position et l’équilibre :

Pour remonter au vent, il va falloir mettre le foil dans une position particulière ( la contre gite, c’est à dire que la planche doit être pencher vers le vent en appuyant principalement sur les talons. L’objectif est d’orienter votre planche légèrement vers le vent. ( Le nez de la planche légèrement orienté vers le vent) Pour ce faire, on vient appuyer sur les talons, ce qui aura pour effet d’incliner légèrement la planche. Pour un bord confortable, vous devez vous retrouver dans une sorte d’équilibre : la wing vous tire ( sous le vent), le foil vous pousse. Vous êtes entre les deux et vous devez être en équilibre.Il vous faut ressentir ce point exact où l’équilibre est parfait, ce point où vous êtes maître de la situation et où vous contrôler votre trajectoire.

remonter au vent en wing foil

La position sur la planche est variable d’un rider à un autre, là où certains préfèrent avoir le pied arrière hors du strap, d’autres préfèrent le garder, à votre guise. L’essentiel est de se sentir serein, car plus vous le serez, plus vous pourrez accélérer pour rendre votre cap efficace. Une légère flexion des jambes permet de mieux contrôler votre foil par une meilleure gestion et réactivité de vos appuis. Mettez-vous dans une position qui vous permette d’appuyer légèrement sur les talons afin d’incliner la planche tout en étant confortable. Un repère simple, lorsque l’on remonte au vent, on a l’impression de mettre les fesses en arrière, gardez cela à l’esprit lorsque vous naviguez ( en excentrant le cendre de gravité on va pouvoir avoir plus de contre poids et donc transmettre plus de puissance dans le foil pour faire remonter le foil.) La wing vient se placer légèrement plus bas que la normale, ( presque en face de vous) cela permet de développer une force horizontale plus forte. Attention toutefois à ne pas toucher l’eau avec l’oreille de votre wing, ou vous irez dire bonjour aux poissons. En fonction des wings que vous utiliserez, en fonction de leur profil, il faudra plus ou moins border votre wing, c’est-à-dire tirer sur la main arrière. Trouvez le point où votre wing développe le plus de puissance possible ! ( essayer en tirant un peu moins ou un peu plus).

Témoignage” (Jules Bustin, moniteur de voile) : “L’erreur la plus fréquente que j’observe, c’est la position du corps. Les riders laissent leurs épaules partir en avant, avec la wing. Il faut se redresser, les épaules doivent presque partir légèrement en arrière pour permettre de contenir la traction de la wing. Alors redressez-vous et soyez fiers (les épaules en arrière, les pectoraux en avant).”

 

4. L’angle de remontée au vent :

La notion de VMG (Velocity Made Good) :

Pour faire simple, la VMG correspond au compromis entre le CAP, c’est-à-dire entre l’angle de votre remontée au vent et la vitesse. Elle nous exprime l’efficacité de notre remontée au vent par rapport à un objectif.

Toujours dans l’optique de simplifier, si l’on remonte serré au vent ( le plus proche du face au vent), notre vitesse sera très faible, mais la distance à parcourir sera moindre. À l’inverse, si l’on navigue presque au travers au vent, notre vitesse sera élevée, mais la distance à parcourir pour rejoindre le même point le sera également. La VMG correspond donc au meilleur compromis entre ces deux extrêmes.

5. La notion d’adonnante et de refusante :

Il s’agit ici des variations de vent dont il est question juste au-dessus. Une adonnante, c’est lorsque le vent tourne en votre faveur, qu’il vous permet de gagner encore plus de terrain. Une refusante, c’est l’inverse, c’est lorsque le vent tourne en votre défaveur. En régate, on dit qu’il faut toujours virer de bord lorsque l’on est touché par une refusante et profiter lorsque l’on rencontre une adonnante.

Ces effets peuvent être du à un effet de côte ou aux nuages ou à un changement de directement du vent. Donc  bien connaitre les effets de côtes est fondamentale pour optimiser sa remonté au vent.

Conseils pour remonter au vent en wingfoil
adonnante / refusante, comment remonter au vent en wing foil

Les techniques de remontée au vent :

Remonter au vent ressemble globalement à faire des zigzags sur l’eau, du moins c’est la façon dont on présente cela lorsque l’on cherche à l’expliquer aux enfants. Le vrai terme est louvoyer.  On utilise communément l’expression “tirer des bords”. Cela consiste à faire des aller-retours les plus larges possible sur le plan d’eau en se dirigeant vers le vent.

Le pumping peut vous permettre de gagner quelques degrés et de conserver votre vitesse. ( très souvent utilisé en compétition) On observe deux pumpings distincts, celui de la wing et celui du foil. Le pumping de la wing doit se faire avec les deux bras simultanément, il ressemble à un pumping de chute que l’on pourrait réaliser en planche à voile. On vient utiliser l’élasticité des épaules pour générer de la puissance.  Le pumping du foil se fait par la variation propulsée de la hauteur de vol, cela signifie que l’on va appuyer alternativement sur la jambe avant et arrière pour faire osciller le foil et  faire accélérer la planche. Quoi qu’il en soit, l’apprentissage de toutes les techniques et manœuvres propres à nos sports (wing, kite…) et particulièrement dans les sports à foil, prend du temps. Alors, soyez patients et mettez-vous à l’eau lorsque les conditions le permettent et lorsque vous le sentez.

.

Comprendre les bases du wingfoil et de la remontée au vent :

Deux cas de figures sont envisageables lorsque l’on navigue : soit l’on navigue au harnais, soit sans harnais. Dans les deux cas, la position du corps est primordiale. Au harnais, on fléchira un peu plus les jambes, de manière à appuyer le plus fort possible sur le foil mais pas seulement, observez la position des foilers, ils ont tous les fesses en arrière, leur centre de gravité est éloigné de leur planche et de la verticale de leur foil, cela permet une meilleurs prise d’appuis dans l’eau. Sans harnais, la traction de la wing finira par vous fatiguer, plier les jambes vous générera beaucoup de traction dans les mains. Voilà pourquoi, sans harnais, on essaiera de naviguer plus en finesse en se redressant (aligner pieds, bassins et épaules).

Progresser dans sa remontée au vent :

Pour progresser, il faut pratiquer ! Bien que cela paraisse évident, trop de riders se contentent de rester au même endroit pendant leurs sessions. Ne tombez pas là-dedans, partez explorer, remontez, descendez… Sortez de votre zone de confort pour vous confronter à une multitude de situations variées qui vous permettront de progresser. Pour plus de tutoriels en ligne, YouTube est une base de données exemplaire avec du contenu en anglais et en français. Parmi les chaînes qui proposent leurs services, celle de SROKA “Sroka company” est recommandée.

Comprendre les bases du wingfoil et de la remontée au vent :

En conclusion, remonter au vent en wingfoil ne tient pas de la magie ou de capacités hors normes, il est ici question de réflexion plus que de technique. Quel que soit votre passé dans les sports de glisse, tout rider peut remonter au vent. Il est parfois juste question de temps et de détermination.

Pour mieux progresser, vous pouvez analyser vos trajectoires avec un gps ou un téléphone mais aussi, nous vous conseillons de progresser à plusieurs. Rien de mieux que de pouvoir se comparer avec un copain sur l’eau et à essayer d’être meilleur que lui. L’émulation permet de progresser plus rapidement sur l’eau.

Si vous avez encore des questions à ce sujet, ou pour toute autre demande, n’hésitez pas à nous contacter !

Article qui pourrait vous intéresser

La souplesse est l’un des points qui différencie le wing foil des pratiques telles que la planche à voile. Là où en windsurf, nous étions …

Imaginez glisser au-dessus des vagues, presque comme si vous voliez au-dessus de l’océan ! Issu du downwind qui se pratique en SUP depuis une dizaine …

Le paddle est une activité qui a fortement gagné en popularité au cours des dernières années. Étant facile d’accès, tout le monde peut s’éclater à …

Lors d’une inondation avec une forte grue, il est impossible d’utiliser sa voiture pour se ravitailler ou aller voir ces voisins si besoin. Idéalement il …