Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Tous nos conseils pour débuter le dockstart en surf foil

“Ce n’est pas pour nous les vieux, c’est pour les jeunes qui ont la pêche et le sens de l’équilibre” On peut entendre ce type d’argument sur les plages. C’est totalement faux. Dans cet article, nous allons vous donner toutes les étapes et informations pour débuter en dockstart. Nous évoquerons le matériel nécessaire pour débuter, progresser ou pour performer en abordant les différentes techniques. Débuter en dockstart nécessite beaucoup de répétitions pour passer les difficultés du départ. Mais vous y trouverez un excellent moyen d’entraînement quand le vent n’est pas présent pour faire du wing foil.

Comment apprendre le pumping plus rapidement ?

Qu’est-ce que le dockstart ?

Vous connaissez le dockstart ? C’est le machin où on se casse la gueule du ponton sur son foil, en se prenant pour des athlètes, et où on essaie de rester en l’air en se tortillant comme des vers. C’est marrant, écolo et bon pour perdre du bide. Pas besoin de vent, de vague ou d’aile pour faire du foil. Juste un bon matos, une planche légère et un spot avec un ponton et de l’eau assez profonde. Le dockstart, c’est la galère au début, mais ça s’apprend. Et c’est le pied pour progresser en pumping et se préparer au surf foil. C’est un très bon moyen pour se défouler en peu de temps. Renforcement musculaire garanti ! 

Comment débuter le dockstart en foil ?

1 - Choisir un ponton ou un quai adapté

Pour réussir un dockstart en foil, il est important de choisir un ponton ou un quai qui soit suffisamment large et stable pour vous permettre de courir avec la planche dans les mains. Évitez les pontons ou les quais trop étroits ou instables qui pourraient vous déséquilibrer. Choisissez de préférence un ponton flottant ou votre aile avant pourra passer en dessous du quai et ne pas vous gêner en courant. Un ponton entre 30 et 60cm de hauteur par rapport à la surface de l’eau est parfait.  Il faudra adapté la hauteur du mât à la hauteur du ponton. Un haut ponton nécessitera plus de hauteur de mât, un ponton bas pourra vous permettre d’utiliser un mât plus court.

2 - Générer de la vitesse en courant

Pour réussir un dockstart en foil, vous devez générer de la vitesse en courant sur le ponton ou le quai avec la planche dans les mains (tenez la planche par les rails) et positionnez le foil légèrement sous l’eau. Essayez de courir le plus vite possible tout en gardant votre équilibre. En général plus votre foil sera petit, plus vous devrez prendre de la vitesse. Certains grands foil comme notre 2000 HA ne nécessitent presque pas de vitesse pour partir, nos riders arrivent même à partir sans élan. Donc adaptez votre vitesse de déplacement à la puissance et surface de votre ailette avant.

dockstart pumping foil

Une fois que vous avez généré suffisamment de vitesse en courant, il est temps de sauter sur la planche. Pour cela, lâchez le rail avant de la planche pour poser votre main avant sur la surface de la planche, et sautez dessus en atterrissant avec vos pieds bien positionnés. Vous pouvez vous aider de la position de vos mains pour positionnez vos pieds au plus proche de la position idéale.

dockstart foil pumping

La position des pieds est très importante, car un mauvais placement est difficile à rattraper. À vous de définir votre position optimale. En général sur une petite planche, le pied arrière se trouve pile au-dessus du mât et le pied avant se situe juste derrière la main avant qui est positionné sur le pont.

Foil de la vidéo : 2000 HA

Foil de la vidéo : 2000 HA

4 - Rester en l'air

Une fois que vous êtes bien positionné sur la planche, il est temps de commencer à pumper et planer le plus longtemps possible. Pour cela, continuez à générer de la vitesse avec le pumping et faire osciller son foil vers le bas puis alléger vos appuis pour que le foil remonte. Idéalement, ce ne sont pas juste les jambes qui travaillent, il faut réussir à transmettre de l’énergie au foil en utilisant toute la masse de son corps à l’aide du déséquilibre.

Gardez votre regard fixé vers l’avant et essayez de garder votre centre de gravité au dessus de la planche dans les airs.

Volez le plus haut possible réduira la trainée en foil et donc permettra de voler plus longtemps avec le minium d’effort.

 

Le mouvement des bras au pumping : au départ, on peut s’aider des bras pour s’alléger, cela permet aussi de donner une fréquence, un rythme de pumping. Au fur et à mesure de votre niveau, l’utilisation des bras est moins nécessaire. 

En suivant ces étapes et en pratiquant régulièrement, vous devriez être capable de maîtriser la technique du dockstart en foil et de décoller rapidement et facilement depuis n’importe quel ponton ou quai.

Les petits plus à se rappeler:

  • Vérifier qu’il n’y a pas de boute ou chaine sous le ponton pour éviter d’abîmer le foil
  • Eviter de cogner votre planche en permanence sur le ponton pour préserver votre matériel le plus longtemps possible.
  • Quand vous tombez, essayer de retenir votre planche pour éviter qu’elle parte cogner dans un bateau si vous êtes dans un port
  • Privilégier un foil rigide qui permet de retransmettre automatiquement vos appuis sur le foil. Vous gagnerez en efficacité.

Conseil de Bruno SROKA

Gardez votre regard fixé vers l’avant et essayez d’être le plus stable et “droit” possible lors de l’atterrissage. “Droit” signifie que votre centre de gravité doit se situer au-dessus la planche. Si vous êtes trop en avant, en arrière à gauche ou à droite, vous partez avec un déséquilibre qui sera difficile à corriger. 

Quel matériel choisir pour pratiquer le dockstart ?

Vous voulez quand même vous lancer dans le dockstart ? Il faut d’abord choisir un bon matos, sinon vous allez galérer. Le plus important, c’est le foil, car c’est lui qui va vous faire voler ou vous faire plonger.

1 - Le choix du foil :

Il y a différents types de foils selon leur aspect ratio, c’est-à-dire le rapport entre la longueur et la largeur de l’aile. Plus l’aspect ratio est élevé, plus l’aile est longue avec peu de corde. Plus l’aspect ratio est faible, plus l’aile a de corde et moins elle a d’envergure.

Les foils low/mid aspect

Les foils à aspect ratio moyen (mid aspect) sont les plus faciles pour débuter. Ils sont plus simples à gérer et à décoller en dockstart. On appelle un foil Medium aspect ratio, un foil qui a moins d’envergure et plus de corde. Avec ce type de foil, on rattrape facilement ses erreurs de départ grâce à leur maniabilité, qui permet de les remettre facilement dans l’axe voulu et à un très bon fond de puissance à basse vitesse. Cependant, ils planent moins longtemps que les foils high aspect (à taille plus ou moins égale) et vont donc nécessiter une fréquence de pumping plus élevée.

Nos meilleures ailes mid aspect dédiées au pumping sont les ailes de la gamme classique, notamment les 1750 et 2000.

Si vous prenez un foil trop petit ou trop technique, vous serez probablement en échec. Il faut donc accepter de prendre un foil facile qui va glisser un peu moins mais qui va vous permettre en tant que débutant de pomper sur quelques secondes à des dizaines de secondes.

 

Les foils high aspect

Les foils à fort aspect ratio (high aspect) sont les plus efficaces car ils offrent une meilleure glisse et planent beaucoup plus longtemps et facilement avec moins d’efforts. Ils sont faits pour ceux qui veulent faire des bornes en pumping. Par contre, ils sont plus technique à maîtriser au départ et à relancer après un virage, à cause de leur grande envergure. 

Nos meilleures ailes HA dédiées au pumping sont les Lift 1350 et 2000.

La 1350 sera parfaitement adapté aux petits gabarits (inférieur à 70 kg) ou les niveaux avancés qui veulent aller plus vite.

La 2000 sera adapté aux gabarits supérieur à 70 kg ou tout ceux qui veulent glisser longtemps avec moins d’effort.

Une aile avec beaucoup d’envergure, vous donnera beaucoup plus de glisse mais tournera moins vite. Donc si vous être la recherche de record en temps ou distance, nous vous conseillons d’utiliser ce type d’aile avant avec un aspect ratio important.

2- Le choix de la hauteur du mât

Le mât dans l’eau génère de la traînée. Donc si vous avez un long mât et que vous voulez très bas sur l’eau, alors vous aurez beaucoup de traînée. Pour être efficace en pumping, il faut voler haut sur l’eau pour avoir  moins de surface de mât dans l’eau et ainsi trainer moins d’eau. Donc un mât entre 70 et 80 cm semble parfaitement adapté. Plus on est haut sur l’eau et moins le foil est profond et donc moins il y aura de trainée autour du mât. Cette hauteur de mât est déterminée aussi par la hauteur du ponton. Si le ponton est haut, alors il faudra augmenter la hauteur du mât. Si le ponton est bas sur l’eau ou si vous souhaitez faire un beach start (départ de plage) alors le mât de 70 sera préconisé.

3- Le choix de la longueur du fuselage

Pumper c’est faire osciller son foil haut/ bas.

La longueur du fuselage va influencer sur la fréquence de pumping et par conséquent sur la facilité à faire osciller le foil dans l’axe longitudinale. Plus le stabilisateur se trouve loin de l’ailette avant  ( fuselage long) et plus il va stabiliser le foil dans l’axe longitudinal et ainsi freiner oscillation (l’oscillation sera plus difficile). Cependant pour les débutants, il y aura plus de temps pour améliorer son efficacité de pumping. 

Nous avons créer un fuselage spécial pumping où le mât est reculé de 3 cm par rapport aux autres fuselages SROKA. Ce qui permet d’avoir une meilleure répartition des appuis sur la jambe arrière et avant et ainsi optimiser le temps de vol.

Un fuselage plus court, facilitera les oscillations et par contre il sera moins stable mais plus joueur. 

Donc en fonction de votre niveau, vous pouvez rendre plus facile ou plus joueur votre foil en pumping.

4- Le stabilisateur

Par définition, le stabilisateur est la pour stabiliser et redonner un peu de portance sur le foil. 

Un grand stabilisateur facilitera le pumping au départ, en ralentissant un peu le foil et en donnant plus d’appuis sur le foil. Mais il bloquera un peu plus l’oscillation du foil et freinera un plus votre foil.  

Un stabilisateur plus petit augmentera la glisse du foil et stabilisera moins le foil. Par conséquent il rendra le foil plus facile à l’oscillation. Il nécessitera plus de finesse dans les appuis et sera donc plus technique. (recommandé pour les bons rideurs).

Nous avons développer un stabilisateur en 290 cm HA avec un Fort allongement. Il permet de voler longtemps à moindre effort. Cependant, il fera ralentir le foil.

L’objectif du pumping est de voler le plus longtemps et/ou de parcourir le plus de distance. Par conséquent, la vitesse nécessite beaucoup de vitesse ainsi ne vous permettra pas de voler très longtemps. Dans l’optique de débuter en pumping ou de voler très longtemps, nous vous conseillons de prendre un stabilisateur plus grand (le 290 HA).

5- Le choix de la planche

Pour le pumping, choisissez une planche légère, compact, solide, et rigide. La rigidité, c’est la clé pour envoyer de l’énergie dans le foil. Sinon, vous allez pomper dans le vide ( la planche va se déformer et vous fatiguer pour rien. Une planche compact inférieur à 4’0 est plus propice au pumping efficace.

5-1 Quel volume de planche pour faire du dockstart?

Un faible volume est préconisé. Vous pouvez utiliser votre planche de surf foil, mais le volume n’est pas nécessaire. Moins il y a de volume et plus il sera facile de pomper. Un volume autour des 14-17 L est une bonne alternative. 

5-2 Quelle longueur de planche pour faire du dockstart?

Une planche trop grande sera pénalisant par rapport à une planche trop petite. En dock start vous n’avez pas besoin de longue planche. Si vous partez sur la 4’0 pocket ( 125 cm) ou la mini pocket 3’3 ( 97 cm) vous aurez les deux options les plus intéressantes pour vous. Les débutants opteront pour la planche un peu plus grande. Elle donnera plus de faciliter et de place pour se positionner dessus. La Mini pocket sera plus destinée aux riders exigeant, désirant d’une planche plus compacte et légère.

Quel est le meilleur spot pour débuter le dock start?

Le ponton, la meilleur option pour débuter.

Le dock start est un sport qui peut se pratiquer presque partout. Nul besoin de conditions particulières. Il faut suffit d’un endroit pour partir et de votre matériel.

Le ponton est idéalement le meilleur endroit pour débuter en dock Start. Il est stable, facile à trouver et permet de remonter aisément sur le ponton après chaque essai. Idéalement il faut trouver un ponton avec un peu de longueur qui vous permettra de prendre de la vitesse. Faites attention aux obstacles se trouvant dans l’eau : bout, bouées ou autres. Si vous utiliser une aile avec beaucoup d’envergures, cela peut être pénalisant et engendrer une chute.

Pour retrouver le ponton parfait proche de chez vous, utiliser google earth ou google map, cela vous permettra de trouver la meilleur option pour vous.

L'échelle planter dans le sable, ou départ de la plage pour les bons pratiquants.

Si vous n’avez pas de ponton proche de là où vous êtes, vous pouvez créer votre “ponton” à l’aide d’une échelle pliante que l’on vient positionner dans l’eau. Cela ouvre le champ du possible à l’infini, cependant vous devrez perfectionner votre technique pour réussir à partir avec le minium d’élan. 

Donc entrainez vous sur le ponton à réduire la distance de course pour réussir à partir sans élan.

La seconde option est de partir de la plage, on appelle ça le beach start. Si optez pour ce choix, partez sur un mât autour des 70 cm et idéalement une plage plongeante rapidement en profondeur. Cela évitera que votre foil tape le sable en permanence.

Commencer par le dockstart n’est pas le plus facile. Si vous pratiquez le wingfoil, nous vous conseillons de vous habituer au pumping en tenant la voile par la poignée avant (en mode freefly) et en essayant de pumper au maximum pour rester en l’air. Vous pouvez faire de même en wakefoil en prenant de la vitesse derrière le bateau puis en lâchant le palonnier. Le surf foil est aussi une bonne méthode mais qui nécessite de maîtriser le take-off, ce qui n’est pas une mince affaire pour un débutant.

Le pumping est une très bonne alternative quand le vent manque sur nos spots.

Quels sont les bénéfices du dockstart ?

Le dockstart et le pumping, c’est pas que pour le fun, c’est aussi pour le bien. Voici pourquoi :

  • Une bonne technique de pumping vous permettra de décoller plus tôt en wing. Vous pourrez aussi vous éviter quelques chutes quand vous passerez dans une molle, en pompant le temps de retrouver de l’air.
  • C’est utile pour connecter les vagues en surf foil ou pour voler en free fly en wing foil. 
  • Cela renforce le cardio et les muscles des jambes, du dos et des abdominaux. Vous solliciterez les muscles des jambes pour donner des impulsions au foil, les muscles du dos pour maintenir la posture et les muscles abdominaux pour stabiliser le buste. Cela fait également travailler le cardio car il faut fournir un effort constant pour avancer.
  • C’est une parfaite solution pour s’entrainer quand le vent n’est pas présent. Très ludique quand on a passé les débuts. On peut facilement créer une émulation entre amis. 
  • L’atout principale c’est le peu de matériel nécessaire. Il suffit d’un foil et d’une planche.
surf

Si vous avez encore des questions à ce sujet, ou pour toute autre demande, n’hésitez pas à nous contacter !

Article qui pourrait vous intéresser

Depuis maintenant plus de 10 ans, le stand up paddle gonflable ne cesse de se développer et de se répandre sur les plages françaises. Au-delà de …

Le paddle, nul besoin de le présenter, c’est un sport nautique qui permet de se déplacer avec une planche et une pagaie sur l’eau. Il …

Dans cet article, nous allons explorer les critères essentiels à prendre en compte lors de la sélection d’un paddle de qualité. Que vous soyez un …

Choisir la bonne taille de son paddle gonflable vous permettra d’optimiser vos sessions en fonction de vos envies, de vos besoins et de votre niveau. …